Chroniques Antiques

"Oh ma musicienne. Parfois, lorsque l'on brise le cycle, on trouve quelque chose de mieux, quelque chose d'inattendu certes, mais cela ne signifie pas pour autant que nous ayons changé"

De l’amour d’une saga …

Ou comment devenir fan !

L’aventure commença il y a fort longtemps. Je me souviens de la première fois où j’ai eu dans les mains un ouvrage de J. Rowling.

Les deux premiers tomes étaient déjà sortis et ma grand-mère me les avait offerts car à l’époque déjà je travaillais auprès d’enfants, et elle pensait que je leur lirais !

Mais voilà, ils ont trôné un moment sur l’une des étagères de ma bibliothèque et j’ai honte de le dire mais je les avais oubliés… Du moins jusqu’au jour de la sortie du Prisonnier d’Azkaban !

J’ai de suite accroché au résumé et à la couverture, alors j’ai sorti du placard les deux premiers tomes et me suis lancée dans la lecture et là, je n’ai plus jamais décroché !

J’ai sûrement dû les lire des centaines de fois en français et en anglais, sans compter le visionnage des films (pour tout dire je connais les répliques presque par cœur) !

Au fil du temps, mon appartement est devenu la caverne d’Harry Potter, j’ai commencé par acheter tous les magazines puis les différents produits dérivés (bien que je sois encore loin de tout posséder).

C’est ainsi que j’en suis venue à écrire ma propre fanfiction !

Pourquoi cet engouement, me demanderez-vous ?

À mes yeux, cette saga est une immense leçon de vie, de morale et d’éducation civique !

  1. Une forte critique des “élites”

À travers le personnage de Dolorés Ombrage, l’auteur dénonce les actions gouvernementales qui régentent le peuple. En effet, dès que quelque chose la contrarie, celle-ci émet un décret. Les jeunes n’ont alors plus le droit de rire, de s’amuser, de se retrouver entre eux. Les professeurs ne peuvent plus enseigner comme ils le désirent et sont accusés de trahison voire virés sans le moindre sentiment. L’on fait ici face à un juridisme proliférant, interdisant quasiment de vivre, d’inventer, de contester. Poudlard n’est alors plus une école, mais un lieu d’enseignement sous la coupe d’une dictatrice tyrannique !

Johanne Rowling nous décrit d’un côté la famille Malfoy, qui finance le pouvoir et le contrôle par des pots-de-vin, d’un côté. Et de l’autre, Hermione représente le savoir et l’engagement, et les frères Weasley sont l’image de la créativité et de l’entreprise. En clair, le pouvoir de l’argent contre le peuple et ses valeurs humaines.

              2. Le courage face à l’adversité

Le héros du livre affronte le mal dès son entrée à Poudlard. Il endure les épreuves l’une après l’autre sans jamais se plaindre, même lorsque viendra pour lui l’heure de sacrifier sa vie pour mettre fin à celle de Voldemort. Toutes ces épreuves lui donnent la force de survivre et d’avancer jusqu’au moment fatidique.  L’auteur a voulu montrer que malgré les difficultés de la vie, on peut se battre et avancer si l’on est bien entouré ! Car oui, l’amitié est aussi la force de Harry !

                3. Une œuvre moraliste

Elle enseigne la passion de la vérité, le courage, mais aussi la solitude. Ils savent que la vraie bataille se mène seul, sans l’aide des adultes, et qu’ils doivent y faire face, comme dans la chasse aux Horcruxes. Ils se sentent si seuls face à cette tâche qu’ils en oublient un instant qu’ils sont tous les trois ensemble, qu’ils ont fait ce choix il y a longtemps, et se séparent.

Elle pose aussi le problème de la condition des créatures magiques comme les elfes, les centaures etc… Doivent-ils être considérés comme les humains, avec les mêmes droits à la liberté (ce qui ramène à mon sens aux droits des animaux, grand débat actuel, et pour ça je suis du côté d’Hermione) ?

               4. Un appel au pouvoir créatif et à la réflexion !

Les frères Weasley en sont le meilleur exemple. Peu consciencieux dans leurs études, ils sont doués d’une grande force de création qui ne demande qu’à s’exprimer dans un monde où la haine et le mal cherchent sans cesse à s’immiscer. En pleine guerre du bien contre le mal, ils restent le seul magasin ouvert du chemin de traverse car les gens ont besoin de rire, mais dans les tréfonds du mal.

Johanne appelle pour moi ses lecteurs à laisser leur imagination et leurs dons les guider alors même que nous vivons dans un monde terrifiant, étouffé par le capitalisme, les lobbys, le terrorisme, la manipulation médiatique et j’en passe. C’est en unissant nos forces et en suivant nos propres voies, sans se laisser influencer par la société moderne, que la jeunesse pourra changer les choses ! Car comme le dit si bien Dumbledore, nous avons une chose qu’ils n’ont pas : le nombre !

            5. Harry Potter règle son compte à la dictature et à ceux qui l’instiguent  !

L’ascension de Voldemort peut aussi bien être comparée à la montée du nazisme par son obsession de “sang pur” qu’au terrorisme à travers les actes des mangemorts !

Toutefois, Johanne Rowling insuffle l’espoir face à la dictature. En effet, Voldemort se retrouve peu à peu trahi par ses proches (bien qu’il soit un être solitaire et imbu de lui-même). Tout d’abord par Severus, lorsque celui-ci apprend que la femme qu’il aime depuis son enfance risque la mort ; par Queudver, qui a une dette envers Harry qui lui a sauvé la vie ;par Regulus Black, qui découvre son secret sur les Horcruxes et voit le mal en lui et sa façon de manipuler l’esprit des gens ; et enfin par Narcissa Malfoy, qui ne désire qu’une chose : retrouver son fils unique en vie. Comme quoi même le cœur le plus mauvais peut changer !

Je pourrais dire encore bien des choses sur la saga, comme le fait qu’elle soit gayfriendly (cf : l’idylle de Dumbledore et Grindelwald, son goût pour le tricot, etc.), sa critique des journalistes manipulateurs à travers Rita Skeeter…

Ce que la saga m’a enseigné :
  • Un grand savoir peut provoquer une grande douleur (Dumbledore)
  • On ne peut pas vivre sans amour (Voldemort)
  • Lire peut me sauver la vie (Hermione)
  • Ne jamais se fier aux apparences car elles peuvent cacher les plus belles choses (Hagrid)
  • Il y a des causes pour lesquelles on peut sacrifier sa vie, mais aucune ne vaut la peine de tuer (Harry)
  • On ne naît pas méchant, c’est ce que notre entourage nous enseigne qui définit notre vie (Draco)
  • L’obsession peut vous pourrir la vie et vous rendre complètement folle ( Bellatrix)
  • La curiosité peut avoir une grande utilité (M. Weasley)
  • La plupart du temps, ce dont on a besoin, c’est de rire (George et Fred)
  • L’audace est une chose importante (Ginny)
  • La mort d’Hedwige et de bien d’autres m’ont appris la douleur de la disparition d’un être cher
  • Si l’on veut voir dans le cœur des gens, il faut regarder comment ils traitent leurs inférieurs et non leurs égaux
  • Il n’y a rien de plus fort que l’amour d’une mère (rip Lily)
  • L’argent ne fait pas le bonheur (Les Malfoy)
  • Être différent fait de vous une personne forte et au grand cœur (Luna)
  • La plus grande difficulté dans la vie est de trouver qui l’on est réellement
  • Croire en soi vaut mille fois plus que de croire en la chance
  • Les êtres que l’on aime vraiment restent toujours dans nos cœurs
  • Les héros sont parfois cachés là où on ne s’y attend pas (Severus)
  • La loyauté
  • Le courage
  • La persévérance
  • L’entraide
  • L’écoute

Voilà, je pense avoir tout dit.

Take care

Yoru

 

 

0 Partages

Pour la jeunesse LGBTQ !

Projet

Bonjour à toutes et à tous,

J’ai un grand projet qui me tient fortement à cœur : créer une collection LGBT jeunesse pour permettre aux ados et aux jeunes adultes, entre autres, de pouvoir s’identifier à des personnages qui leur ressemblent dans un style qu’ils aiment.

J’écris surtout de la science-fiction, de l’heroic fantasy, du post-apocalyptic, mais aussi des nouvelles sur des thèmes tels que les “centres de réadaptation”.

Il est important que chacun(e) puisse se sentir bien dans son corps dans un monde qui rejette encore fortement la transsexualité, la bi-sexualité, l’homosexualité entre autres.

Le taux de suicide chez les ados et jeunes adultes LGBT ne cesse d’augmenter, sans compter ceux qui se retrouvent sdf car rejetés par leur famille.

Mon but à long terme est de pouvoir verser une partie de mes droits d’auteur au Refuge, qui aide tous ces jeunes !

C’est pour cela que j’ai besoin de votre aide pour mener à bien ce projet.

Grâce à vous, je pourrai publier mes livres, organiser des salons littéraires et financer des campagnes de publicité pour la sortie de mes livres.

Et n’oubliez pas : les petites ruisseaux font les grandes rivières 😉

Merci,

Yoru

http://www.lepotcommun.fr/pot/38be2miz

0 Partages

réflexions sur le monde

Réflexions sur le monde

Bonjour à toutes et à tous,

Le monde d’aujourd’hui est un univers parfois dur et cruel nous laissant peu de temps pour réfléchir, vivre nos passions etc…
Parfois il nous arrive de nous sentir étouffés par la pression sociétale, jugés ou mis dans une case, ce qui cause beaucoup de stress !

Comment lutter contre cela ?

Passez tout simplement du temps dans la nature !
Où que vous viviez, prenez le temps d’aller dans la nature.
Cela vous aidera à calmer votre esprit et à ouvrir davantage votre cœur.
Ainsi, dès que vous vous sentez dépassé par les événements, promenez-vous dehors et appréciez simplement la vie autour de vous.
En passant seulement 30 minutes dehors, que ce soit dans une forêt, en bord de mer, à la montagne, dans un parc, vous allez vous sentir mieux et plus calme.
Ecoutez le chant des oiseaux, le bruissement du vent dans les arbres, humez l’odeur salée de la mer…

Respirez profondément et laissez le bonheur vous envahir !

Syrina

Elle est la fille d’Hestia, déesse du feu sacré et du foyer et d’Héphaïstos, dieu de la forge et des volcans.
De caractère doux, elle est humble, timide mais dotée d’un immense courage.
Ses cheveux longs, arrivant jusqu’à ses genoux sont aussi brillants que l’or, elle porte une tresse faisant le tour de sa tête. Ses yeux, petits et légèrement enfoncés, d’une belle couleur bleu azur, révèlent son intuition et sa prudence. Son visage est fin et long, ses lèvres sont moyennes sur une petite bouche. 
Elle mesure 1m72 et est de petite corpulence mais cela change au cours du tome 2.
Elle a de bonnes hanches et une jolie poitrine en poire.
Syrina manie l’arc avec aisance mais moins facilement l’épée. Elle possède un chakram forgé par son père dont elle fera cadeau à Ornela à la fin du tome 1.
A la fin du tome 2, Syrina est très musclée notamment au niveau des bras, des chevilles et des mollets, ceci dû à son séjour chez les amazones.

Son lieu préféré est le lac Tchiroko.

Elle adore les fruits, notamment les figues, les noisettes, les poireaux et la patate douce.

Elle possède un cheval qu’elle traite comme son égal, nommé Perdicas.

Elle se parfume à l’eau de rose.

0 Partages

Timéo dit Tim le borne

Description

Timéo est un homme musclé au longs cheveux d’un noir de jais, il a des grands yeux noirs, une bouche pulpeuse entourée d’une barbe taillée en carré. Ses sourcils sont broussailleux. Son cou est long, ses épaules, larges.
Il porte une boucle d’oreille en forme de serpent à l’oreille gauche et un tatouage représentant un guépard toutes griffes dehors dans le dos.
Il mesure 1m95 pour 87kg.
Il est gay et a de nombreuses aventures, notamment avec de beaux jeunes hommes, mais en restant discret.
C’est un homme au grand cœur, très bon tireur et maniant l’épée avec agilité.
C’est un pirate respecté par ses pairs, une sorte de robin des bois antique volant aux riches pour donner aux pauvres. Il a plus d’une centaine d’hommes et de femmes dans son équipe.
Tim vit dans une grotte profonde à l’orée de la forêt, au creux de la montagne. Celle-ci donne sur un immense lac plongeant en pleine mer par une fissure inaccessible par l’homme, ainsi il ne peut être repéré !
Seul son entourage peut trouver le chemin qui mène à lui.
Il est toujours prêt à aider ses proches en cas de problème, c’est ce qu’il fera avec Ornela.

Propriétaire de la Néféloma, il est très instruit de par son tour du monde. Il a des amis un peu partout près à lui rendre service.

Sa fleur favorite est le crocus. Il est bon mangeur et son plat favori est la maza (farine d’orge pétrie en galette). Il aime aussi le faisan, le fromage de brebis avec du confit d’oignon et les carottes. Son péché mignon reste le cycéon ( gruau d’orge allongé d’eau et additionné au choix d’aromatiques et/ou de vin, légumes etc) aux oignons et au vin rosé de Lesbos.

Son parfum est l’eau de jasmin.
Il porte de nombreuses cicatrices dont une au visage l’ayant rendu borgne dans sa jeunesse.

Spoiler **********************************************************************************************************************************************

*************************************************
Il vivra avec l’homme de sa vie durant de longues années tout en continuant à parcourir les mers. (vous en saurez davantage dans la suite “Le clan des amazones”)

D’autres questions ?

Posez-les ci-dessous :

Chapitre 01 : Le renouveau

Harry, Ron et Hermione quittèrent le bureau directorial, puis se dirigèrent vers la tour de Gryffondor. La grosse dame leur ouvrit sans prendre la peine de leur demander le mot de passe. Un feu brûlait avec un tel naturel dans la cheminée, la salle commune semblait si calme, qu’à cet instant précis, rien ne laissait deviner qu’une guerre venait de se terminer. Nos trois amis, exténués, grimpèrent les marches jusqu’au dortoir des garçons.

_ Kreattur ! appela Harry.

L’elfe apparut quelques secondes plus tard,dans un claquement sourd.

_ Oui, Maître ? dit-il avec un grand et large sourire, le pendentif de Régulus se balançant dans un mouvement de va-et-vient autour de son cou ensanglanté.

_Pourrais-tu nous apporter de quoi manger, s’il te plaît ? Et après, je t’en conjure, va prendre un bain et enfiler une tenue propre.

_ Oui Maître, Miss Granger, Monsieur Weasley, merci. Répondit le vieil elfe avant de disparaître.

_ Dis-moi Harry, tu comptes bien le payer et le faire dormir autre part que dans cet horrible placard à balais, n’est-ce pas ? souffla la voix de la jeune fille aux cheveux ébouriffés, assise à ses côtés.

_ Bien sûr, Hermione, j’y ai songé.

Il avait dit cela pour satisfaire son amie, mais il ne savait pas encore ce qu’il ferait de l’elfe. Celui-ci c’était bien occupé d’eux, durant les semaines où ils avaient élu refuge au 12 du square Grimmaud, et il avait également apporté son aide pour retrouver le vrai médaillon. Hermione se chargerait de le lui rappeler s’il ne veillait pas sur Kreattur, il le savait. L’elfe revint quelques instants plus tard, les bras remplis de sandwiches, sur lesquels ils se jetèrent.
Obéissant, Kreattur s’attela à prendre un bon bain puis rejoignit les autres elfes en cuisine, heureux de pouvoir exercer ses talents culinaires pour les survivants de la bataille.

Harry, de son côté, ne tarda pas à rejoindre le confort de son lit, suivit par Ron. Hermione se cala contre lui et ils s’endormirent d’un sommeil profond et sans rêve. Plus tard dans la matinée, Seamus, Neville et Dean suivirent leur exemple.
Au réveil, la première chose que firent les garçons fut de se rendre à la salle de bain. Les mots de passe n’ayant alors plus lieu d’être, il leur fut facile d’accéder à celle des préfets. Seamus ouvrit tous les robinets, faisant jaillir des bulles savonneuses de toutes les couleurs, s’ensuivit une immense bataille d’eau émaillée de rires et de joie. Ils ne tardèrent pas à être rejoints par Ginny, Hermione et Luna en maillot de bain, qui ne se firent pas prier pour embêter les cinq garçons. L’insouciance de la jeunesse avait repris le dessus comme si de rien n’était…

La nuit était tombée sur Poudlard lorsqu’ils quittèrent enfin la pièce. Tous prirent la direction de la grande salle. Là, Ron et les deux autres se séparèrent du groupe, expliquant qu’ils avaient une dernière chose à accomplir ensemble. Ginny embrassa tendrement Harry sous les yeux éberlués de son frère.
Nos trois compères regagnèrent l’îlot où se trouvait la tombe de Dumbledore, toujours brisée. Tandis que Ron s’attelait à réparer le couvercle en marbre, Harry déposa les deux bouts de la baguette au creux des mains de l’ancien directeur. Ils refermèrent cérémonieusement le cercueil, puis Hermione fit jaillir un magnifique rosier rouge.

Lorsqu’ils revinrent à la grande salle, celle-ci s’était bien remplie et les discussions allaient bon train. Les gens se levèrent brusquement et applaudirent. Tout le monde scandait leurs noms, mettant les trois jeunes assez mal à l’aise. Harry chercha Ginny des yeux. La trouvant enfin, il la supplia du regard de l’aider. Elle se leva, courut vers lui et sauta dans ses bras, avant de l’embrasser langoureusement sous les yeux jaloux de toutes celles qui le dévoraient du regard. Hermione enlaça Ron et les deux couples laissèrent l’assistance bouche bée devant leurs étreintes et leurs baisers passionnés. C’est alors que Minerva prit la parole.

_ “Bonsoir à tous et à toutes,
Nous avons vécu une année mouvementée. Beaucoup d’entre vous ont dû se cacher du Ministère, d’autres ont vu leurs proches mourir ou leur scolarité perturbée par les Carrows. Il faudra du temps à notre monde pour reconstruire ce qui a été détruit, d’un point de vue matériel certes, mais aussi humain. Toutefois nous y arriverons ! Ensemble ! Tous les élèves désirant reprendre leurs études ou recommencer leur année seront les bienvenus en septembre, il suffira de me faire part de vos attentes.
Cependant, n’oubliez pas, vos B.U.S.E.S., tout comme vos A.S.P.I.C.S., sont indispensables pour se lancer dans certaines carrières. En attendant, je vous invite, pour ceux et celles qui le désirent, à se joindre à nous, Professeurs, pour reconstruire Poudlard et lui rendre son prestige d’antan. Mais en attendant, que le banquet commence ! ”

Les tables se couvrirent de victuailles. Elèves, professeurs et familles s’étaient installés aux tables, sans distinction de maison. Même les Malfoy, d’abord hésitants, prirent part au dîner. Hermione regarda les garçons et, un sourire malicieux flottant sur son visage, dit :

_ Vous revenez avec moi en septembre, les garçons ?

_ Bien sûr, répondirent-ils après un bref clin d’œil.

Cela ne les réjouissait guère. Mais Harry savait pertinemment que pour devenir auror, il devrait décrocher ses ASPICS. Il avait terrassé le plus grand mage noir de tous les temps, mais le fait de s’en servir pour postuler au Ministère ne serait pas honnête. Quant à Ron, il ne quitterait Hermione pour rien au monde. Puis Ginny devait-elle aussi revenir, tout comme Luna.

_ Seamus, Dean, vous revenez ?

_ C’est évident ! Nous avons passé toute l’année dans la salle sur demande. Les sangs-mêlés n’étaient pas très appréciés chez les Carrow, si tu vois ce que je veux dire, répondit Dean.

_ Tous les anciens de l’A.D. reviennent, du moins tous ceux qui ont survécu, murmura Seamus.

_ Que veux-tu dire ? balbutia Harry, la terreur faisant trembler sa voix.

_ Eh bien Harry, comment te dire, Nigel et Colin, ils sont revenus se battre après avoir faussé compagnie à Mc Gonagall dans la salle sur demande et, euh… enfin… ils sont morts.

_ Noooooooooooooooooooooooooon hurla Harry. Et… et qui d’autre Seamus ? articulat-il le regard brillant et les yeux embués.

_ Lavande a été mordue par Greyback, elle est toujours à Ste Mangouste.

Il cita quelques autres noms. Les larmes coulaient sur les joues de Harry, Ron et Hermione. Nigel et Colin auraient eu quinze et dix-sept ans cette année. Harry se sentait responsable de toutes ces morts, de tous ces blessés. Ginny, qui avait sursauté en l’entendant crier un instant plus tôt, se tenait désormais à ses côtés et le serrait contre sa poitrine pour le consoler. Elle imaginait les épreuves qu’il avait vécues, ce qui lui faisait de la peine. Tout ce qui comptait pour elle, dorénavant, était de redonner le sourire au garçon qu’elle aimait depuis le premier jour où elle l’avait vu, sept ans plus tôt, à King Cross…

Les jours passèrent. Le monde de la magie tout comme celui des moldus étaient en effervescence. Chaque matin, nos héros se levaient et apprenaient de bonnes comme de mauvaises nouvelles. La reconstruction du château et de ses alentours progressait et de nombreux corps se trouvaient encore sous les décombres.
Ceux des partisans de Tom Riddle étaient transportés vers le cimetière d’Azkaban, avec parmi eux ceux des Lestrange.
Ceux des élèves furent renvoyés à leur famille, lorsque celle-ci n’avait pas été décimée, ou bien enterrés à l’école.
Une stèle fut érigée à l’entrée de l’enceinte avec le nom des personnes tombées lors de la bataille finale. On y lisait » Fred Weasley, Rémus Lupin, Nymphadora Tonks, Severus Snape, Colin Crivey, Nigel » et une centaine d’autres en lettres d’or avec le nom de leur maison.

À Pré-au-Lard, Madame Rosmerta s’attelait, elle aussi, à la reconstruction. Elle était heureuse d’entendre de nouveau aux trois balais les cris et les rires des élèves et professeurs redevenus joyeux.

Ce sont les escaliers et les accès à l’école qui furent dans un premier temps réparés, chacun mettant tout son cœur à la tâche qui lui incombait. Les professeurs, ainsi que de nombreux adultes, s’attelèrent à rendre de nouveau le château incartable et jetèrent les sorts de protection qu’il possédait du temps de Dumbledore. Toutefois, afin de faciliter les déplacements, transplaner devint possible dans le parc et le réseau des cheminées se trouva rouvert. Mesures qui seraient levées dès la rentrée.
Seamus, Neville, Luna et Ginny, en compagnie du professeur Slughorn et de Mrs Pomfresh, reconstruisirent les ponts et redonnèrent leur corps aux protecteurs de Poudlard. Ceux-ci reprirent leur place, bien au chaud dans le Grand Hall.
Harry et les deux autres s’occupaient de redonner son éclat à a grande salle avec Mc Gonagall. Ils n’avaient pas choisi cet endroit au hasard. Celle-ci leur promit de mettre tout en œuvre pour que leur année scolaire soit la plus calme possible afin qu’ils obtiennent leur diplôme dans les meilleures conditions, et qu’elle serait là pour les soutenir au mieux.

En effet, ils cherchaient à fuir la plupart des personnes qui voulaient « toucher » les héros de la grande guerre et, dans un second temps, ils désiraient s’entretenir avec leur professeur sur la reprise de leurs études. Face à la réaction des gens, ils craignaient de se retrouver harcelés de questions sur les mois de fuite et la fin de Voldemort, ou encore de demandes incessantes d’autographes, comme c’était le cas depuis plusieurs jours.
D’autres, comme le professeur Chourave, s’occupaient du parc et de ses alentours. Même avec la magie, il faudrait de nombreux jours pour redorer le blason de la meilleure école de sorcellerie du monde. Trois mois les séparaient de la rentrée, certes, mais le travail était difficile et, selon les jours, le nombre de participants changeait sans cesse…

Page 2 of 2

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén